Tu es étudiant et c’est ta 1ère souscription ?

Cette année, teste la c’est simple, rapide et sécurisé* !

* Plus d’infos ? Clique ici

Connecte-toi en un clic pour profiter des bons plans du site !

Mot de passe oublié ?
S’inscrire
aux Bons Plans
Se connecter
aux Bons Plans
Rencontres Cinéma et Shoah : Portraits de femmes
Qu'en penses-tu ?
(2 votes)
Voter
Fermer

Inscris-toi ou
connecte-toi pour voter

Ils en parlent
1 commentaire(s)
JTHO
JTHO, 22/04/2013 03:14

Ca doit être très intéressant !

Alerter
x Es-tu sûr de vouloir signaler : "Ca doit être très intéressant !" ? Annuler Signaler
x Tu dois te connecter pour effectuer cette action.

Rencontres Cinéma et Shoah : Portraits de femmes

Mémorial de la Shoah
du 21 février 2013 au 20 juin 2013

Quelle place les femmes occupent-elles au sein de l’imaginaire de la persécution et de l’extermination des Juifs européens ? Alors qu’après-guerre, l’image type du déporté est celle d’un homme résistant, ce sont essentiellement des témoignages de femmes qui sensibilisent l’opinion au thème de la déportation et au sort tragique des Juifs. C’est également une femme qui tourne à Birkenau la première fiction consacrée à l’univers concentrationnaire. Y a-t-il eu une expérience spécifiquement féminine de la Shoah ? Existe-t-il une approche particulière de cette question de la part des réalisatrices, des actrices et des témoins qui s’en sont saisies ? Figures maternellesRencontre avec Eva WeilJeudi 16 mai 2013 à 18h30Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les mères juives ont été confrontées à des situations inhumaines dont elles ont pu difficilement parler. Ainsi, dès après-guerre, le cinéma dresse-t-il des portraits de femmes promenant des berceaux vides ou attendant en vain le retour d’enfants à jamais disparus. Comment traite-t-il de ces traumatismes ? Comment, au-delà du clivage masculin/féminin, utilise-t-il la figure traditionnelle de la mère ? Et pourquoi ?Eva Weil, psychanalyste.Carte blanche à Chantal AkermanRencontre avec Chantal AkermanJeudi 6 juin 2013 à 18h30Cinéaste de tous les genres (de la fiction au documentaire en passant par le cinéma expérimental et les installations) dont elle revendique la porosité des frontières, Chantal Akerman fait confiance à son instinct et à son regard pour questionner les thèmes qui lui sont chers : l’identité juive, l’enfermement, l’exil. Enfant de la deuxième génération, son œuvre, en partie autobiographique, ne se limite pas à une mémoire de la Shoah.Chantal Akerman, cinéaste.